Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

Fauteuil roulant manuel : un scientifique de la NASA réinvente la roue

Un nouveau système de traction pour les personnes en fauteuil roulant manuel réduit la fatigue des bras et des épaules.

Un nouveau type de roue conçu par Salim Nasser, ingénieur à la NASA et inventeur tétraplégique, peut réduire les troubles musculosquelettiques dont souffrent de nombreux utilisateurs de fauteuils roulants, rapporte Popular Science.

Avec les fauteuils roulants manuels standards, les utilisateurs doivent saisir les jantes fixées aux roues arrière et y imprimer une poussée. Si le système permet de se déplacer de manière autonome, il fatigue énormément les muscles des bras et des épaules.

Cette nouvelle roue réduit la quantité d’énergie dépensée en sollicitant de plus gros muscles.

En utilisant un dispositif mécanique appelé train épicycloïdal, Salim Nasser a redessiné le moyeu de la roue de sorte que l’utilisateur tire dessus vers l’arrière pour avancer, à l’instar du geste d’un rameur. Les trains épicycloïdaux sont utilisés dans les transmissions automatiques et les outils électriques pour inverser et réduire le mouvement, mais aucune roue de fauteuil roulant actuellement sur le marché n’utilise ce concept.

La traction utilise des groupes de muscles plus gros et plus puissants, tandis que la poussée sollicite les petits muscles à l’avant du corps (ce qui a également pour effet de voûter le haut du corps). Ce mouvement de rameur réduit l’usure et les utilisateurs peuvent rester bien droits (ce qui améliore la respiration).

« En supposant qu’un utilisateur type fasse 2 000 à 3 000 mouvements de poussée par jour, en moyenne, mon concept lui permettra de faire 330 050 mouvements de moins par an », explique Salim Nasser. La roue peut être adaptée aux fauteuils existants.

Il a soumis son idée au concours « Create the Future » 2010 de NASA Tech Briefs et l’a remporté.

« Environ 1,8 million d’individus utilisent des fauteuils roulants manuels aux États-Unis. Le marché pour ces roues est donc phénoménal », estime Rimas Buinevicius de Madcelreator, une entreprise qui aide les nouvelles sociétés à commercialiser leurs idées.

Salim Nasser et Rimas Buinevicius ont cofondé Rowheels en 2012 et remporté le concours de plans de développement du gouverneur du Wisconsin en juin de la même année. Ils espèrent commercialiser leur roue d’ici la fin de l’année. Un fauteuil roulant ainsi équipé coûtera probablement entre 2 000 et 3 000 dollars.

Le concept bêta a été présenté récemment au salon MedTrade d’Atlanta et à l’International Seating Symposium de Nashville.


 

Source

Les commentaires sont fermés.